blogenvol

26 juin 2017

DES JOURS ET DES LUNES

 

P1050277

FERMER LA PARENTHESE

 

Les premiers jours

Les premières lunes

Tout va bien

 

La course de la vie

Bat son plein

Y a pas de temps à perdre

Encore du câble à dérouler

Même seul

 

Activités

 

Toujours plus

Des plus imprimées

Aux plus novatrices

Aux plus créatrices

Voire citoyennes

Élections obligent

 

 

Rencontres

 

Des meilleures

Et des moins pires

Chronophages

Enrichissantes

Valorisantes

Moments forts

Partages sans calculs

 

Tâches matérielles

Sans taches

Survie quotidienne

Assurée

A minima

Kilos superflus

 

Canicule mine

Torrents d’eau fraîche

Corps en demande

Ivre d’eau

Satisfait

Jusqu’à plus soif

 

Bruissement de plénitude

Accomplissement de soi

Comme un souffle

Sans filtre oppressant

 

 

Et pourtant...

Apparence

Souliers trop vernis

 

Bien que temporaire

Le célibat blesse

Profil bas

 

Occasionnel

Interminable

Qui mine de rien

Mine l’intérieur

Insidieusement

Vous prive

De ces petits riens

Anodins

De la vie quotidienne

En couple

 

Une vie

A deux

Amour quand tu nous tiens

47 ans de pensées échangées

D’épreuves douloureuses

De bonheurs partagés

Inestimables

Complicité non dite

 

Ces petits moments

Des petites choses

Qui font défaut

Cruellement

 

Dans l’absence de l’un

Sans qui l’autre

N’est plus

Qu’une partie de soi

A la recherche de l’autre soi...

 

La solitude

C’est pas mon truc

Un truc qui muche

Mon for intérieur

Pas si fort

 

Encore trois jours

Plus que trois lunes

 

Alors

Ensemble

Toi et moi

Nous prendrons

Secrètement

Respectueusement

Le temps

De poursuivre

Notre futur demain

 

Pour le bonheur

Des êtres

Si chers dans nos cœurs...

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juin 2017

CHAT DETEND...

J'VEUX PUS JOUER A CHAT ...

 

P1000774

Régulièrement

Inlassablement

Délibéremment

Effrontément

Il a choisi de laisser sa trace

 

Pas n'importe où

Pas dans un petit coin

Ni en bordure

Mais

Histoire de se faire remarquer

Au beau milieu

D'un espace vert

Gazon devenu herbe

Au fil du temps

 

Une trace galbée

Molle

Malodorante

Bref

Ce qu'on appelle

En langage classieux

Une crotte chiassieuse

Voire une famille de crottes

Cà sent pire

 

Le genre d'obstacle

Que l'humain

S'essaie de contourner

Par la droite

Par la gauche

Au centre s'abstenir

Quelque soit le pied

Dans un même élan de sauve qui peut

 

De la matière grasse

A ramasser avec délicatesse

A effleurer  avec doigté

Ganté ou déjanté

De gauche comme de droite

Solidarité oblige

 

Fourbir ses armes

Contre cette intrusion féline

Pour ôter une épine du pied

Une couronne d'épines de roses

A la périphérie

Scellés naturels

Remparts sans créneaux

 

Horizon dégagé

Acalmie défécatoire

Calme plat

Un certain temps

Comme le fût du canon

 

Et puis

Et puis

Mais encore

Une copieuse  livraison

Non plus au centre

Mais autour de la couronne d'épines

 

Assez ! Assez !

Il me nargue

Il joue avec mes nerfs

Chat bouffon

Chat pitre

Chat commence à bien faire 

Chat suffit !!!

 

Je ne vais quand même pas me faire "emm..." par un chat,de la gente mâle ou femelle ou autre si affinités !!!

 

Non pas de répulsif chimique

Juste une  vaporisation d'huiles essentielles de citronnelle

Pour le détourner chez le voisin

De droite ou de gauche

Peu importe

Pourvu qu'il soit en marche

Et qu'il m'oublie...

En suivant un nouvel itinéraire 

Vers une destination nouvelle

 

Je parle du chat

Pas du voisin...

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2017

UN MONDE SANS GUERRE , c'est POSSIBLE !

 

P1050680

MAITRISER SES RESSENTIS ...

 

21 heures

Un dimanche soir

Rocade de Rennes

Destination Saint-Lô

140 kms d’autoroute

Air chaud

"Atmosphère …

Atmosphère"...

 

Transhumance retour

Genre," mais pourquoi tu me colles" ?

Ascension oblige

Chacun

Chacune

Remonte ou redescend

Au bercail…

 

Un ciel qui s’agite sans raison

Furtifs battements de cumulus

Éclairs éparses

De plus en plus éclairants

Vent prenant ses aises

Feuilles et branches leur liberté

Toujours plus

 

Un ciel qui gronde

Colère naissante

Déchirement lumineux

Décor de papier

Œuvre d’art inachevée

Ivresse de l’embrasement

Devant

Derrière

Partout

 

Éblouissant

Aveuglant

Epuisement

 

Pare-soleils en service

De nuit

Averses en trop plein

Sans discontinuer

Deux heures durant…

La nature en révolte

Comme une fanfare

Sans musique

Un ressenti inédit

Perturbant

Déstabilisant…

Apocalyptique !

Lâcher prise

Respirer

 

 

Autre scène

Autre ressenti

 

Un samedi matin

Marché de Saint-Lô

Un concert

Pour la liberté d’expression

Hommage aux victimes des attentats

Une place officiellement réservée

Théoriquement partagée

Bon voisinage oblige

 

Empiétement d’espace

Deux chaises et une pancarte

Remises délicatement à leur place

En l’absence de l’artisan propriétaire

Emportement verbal de celui-ci à son retour

Sans doute mal luné

Explications et justifications

Écoute active et compréhension

Excuses et poignée de mains

 

Un nouveau copain !

Ouf ! Une guerre d’évitée…

C’est si simple !

 

Ce même matin

D’entre deux tours présidentiels

Deux individus

Passablement fatigués

S’étripent verbalement

Jusqu’à la menace de l’un

Jusqu’où ?

Comble de tension

Électricité dans l’air

J’interviens auprès de celui que je connais

En proie à des problèmes de santé

« Allez viens,

Te fatigue pas

C’est pas bon pour toi »

 

Quelques notes d’apaisement

Que la musique soit

Encore une guerre étouffée

C’est si simple !

 

IMGP3123

Du ressenti à la plénitude

 

Une semaine de chaleur

Dans les corps

Dans les cœurs

Sous les pommiers

Le jazz

Pluriel

Sans frontières

Harmonie des cultures

Communion d’émotions

La quintessence du plaisir de l’instant

Éphémère mais salvateur

 

Beauté musicale

L’état pur de l’échange gratuit

Un partage à nul autre pareil

Intelligences et corps sensibles

Qui s’émancipent naturellement

Osmose collective

Que du bonheur !

 

Et si c’était cela

Le MONDE « VRAI» ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2017

"EH TOI ! L'HOMME !"

 

 

P1070002

 

ET L’HOMME DANS TOUT CA ?

 

O temps

Ne suspends plus ton vol

D’urgence en précipitation

Du toujours plus

Plus vite

Plus loin

Encore plus vite

Toujours plus loin

De plus en plus vite

Au plus loin du loin

Au delà du vide

 

Stop !

De l’air !!!

 

Marcher seul pour aller plus vite

Ensemble pour aller bien au-delà

Mais jusqu’où

Pour quoi

Pourquoi

Pour qui ?

 

« Au pays des boîteux

Chacun pense qu’il marche droit » [proverbe allemand]

Pour éviter d’être attendu au tournant

Mieux vaut décider d’aller tout droit (d’après Ph. Geluck)

Et « plus on va vite nul part

Moins on prend le temps d’arriver quelque part » (A . Leblay)

 

Plus on déroule de câble

Moins on dort longtemps

Sans doute parce qu’on prend

La fâcheuse habitude de dormir

De plus en plus vite

 

Et comme disait l’enfant

Du haut de sa naïveté candide:

« Quand maman est fatiguée,

Pourquoi c’est moi

Qui doit aller me coucher ? »

 

Que nous reste t-il ?

Casser les codes ?

Sans trop de casse

Un vrai casse-tête

Qui nous les casse

Les bonbons…

Y a pas de quoi

Casser trois pattes à un canard

De quoi se casser le nez

Mieux vaut casser la dalle

Sans se casser les dents

Reste plus qu’à se casser…

 

Non ! Non !

Résiste !

 

Dernière chance

 

Bouger les lignes

Sans les franchir

Toujours à la marge

Effet de seuil

Au nez de la marche

 

La fuite en ligne

Sans fond

Comme le puits

Plus difficile à bouger

Passé qui s’accroche

 

Tension en ligne

Ligne brisée

Poisson qui décroche

Homme bredouille

Qui bredouille

Des mots pour maux

 

Bon allez,

J’me casse pour de bon

L’accordéon dia-tonique

Accolyte enivré

En bandoulière…

 

Trois petites notes de musique

 La la ! si…

 

Refaire le monde...

Un monde tout en couleurs

 

P1060961

 

Et puis s’en vont

Pianissimo

Sûremento ...

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2017

MOI ELECTEUR - VOUS MES LECTEURS

P1000245

 

MOI PAS PRESIDENT

 

Moi Dominique

Au prénom ambivalent

Je ne suis pas du genre

A me tromper de genre

Je suis pour l’égalité

Dans la légalité

Vive l’homme

Vive la femme

Vive l’Homme

 

Moi musicien

Je joue pour la fraternité

La liberté d’expression

L’échange et l’amitié

Je prône la Culture

Émancipatrice

Libératrice

Universelle

Accessible à tous

 

Moi compatriote

Patriote

Avant d’être con

Une patrie européenne

Humaniste

Equitable

Juste

Pour la Paix

 

Moi sportif

Je joue le plaisir

Celui du respect de l’autre

Pour un sport propre

Sans but lucratif

Le respect

De la règle commune

Humble dans la victoire

Digne dans la défaite

 

Moi citoyen

Je revendique la parole

Le droit de tous

A débattre publiquement

Des sujets fondateurs

Du mieux vivre ensemble

Aux devoirs de chacun

 

 Moi consommateur

Je veux être acteur conscient

Dans une économie partagée

Sociale et solidaire

Respectueuse de l’environnement

Dont hériteront nos enfants

 

Moi électeur

Vous mes lecteurs

 

L’heure est grave

Le grand soir est à notre porte

« Les loups sont entrés dans l’ pays »

Ne nous trompons pas de cible

Enjeu tu nous tiens

 

Alors tous avec le candidat d’ « en marche »

En espérant qu’il ne la ratera pas…

Plus dure serait la chute

 

J’allais oublier :

Ne votez pas pour moi

Je ne me présente pas

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 16:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]


22 avril 2017

TROU C'EST TROU !

 

 

P1050524

LE TROU QUI TROUE

 

Une route départementale

Dans la brume épaisse

D’un matin austère

 

Ci-gît sur la berme

Dans l’herbe printanière

Un panneau anonyme

 

« Trous en formation »

 

Bon ! Pas de panique !

Jusque là

Je peux comprendre

 

Un trou

C’est un trou

Vaille

Que vaille

Voire même

Vaille la peine

 

Au sens pluriel du trou

 

De trous en cahots

A chacun son trou

Trou d’air

Dans un trou perdu

Qu’il convient de boucher

 

Condamné

Au trou qui tue

Au chas de l’aiguille

Qui vibrisse

 

Abîme sans fond

Angoissant

Impénétrable

 

Trou de mémoire

Trop de souvenirs

Trou pa(t) au logis

 

Trou de l’oreille

Oreille en coin

Coin du trou

 

Le fond du trou

Inaccessible

 

Je rêve

D’un trou

Dans mon emploi du temps

 

Vous avez dit  emploi ? 

Du temps ?

 

Emploi

Mais ne rompt pas

Temps de l’urgence

Qui brûle

Un temps soit peu

 

Mais alors ?

Que sont-ce ces trous

« en formation » ?

Une armada de trous ?

 

J’ai comme un trou

 

Un trou noir

Noir obscur qui tue 

Celui qui se déforme 

Insidieusement

Aux contours de guimauve

A la sucette chaude

 

Hasardeux d’en faire le tour

Même si le trou

Semble pavé de bonnes intentions

Lymphatique à souhait

Hallucinations assurées

 

Réagir

 

Rester vigilant

Esprit critique en émoi

Et moi et moi et nous

 

Sans équivoque

Sur l’essentiel et l’accessoire

Ne pas se laisser enfariner

Par un trou sans bords

 

 

Aussi noir soit-il

Au risque de perdre sa virginité

Presque blanche

Je n’ose pas dire

Immaculée

 

Ralentir

Réfléchir

Contourner

Les trous

Mêmes les plus balourds

 

 

Afin que vive et rayonne

Le trou

P1060593

 

Le trou...

 

Badour 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2017

4 AVRIL 2017 - soirée DEBATJOUTE

 

CREME DE JOUTE à L'OSEILLE

 

P1030860

Une tranche épaisse de ha MON

A faire redorer

Sans attendre

 

Une légère dose d'optimisme

A la sauce mac rond

Goût sucré-salé

 

Rondelles de Meluch

Bien tranchées

Au ton ni truant

 

Un centilitre de Cheminade

Vieilli en fût de sapin

Au nez de reviens-y pas

 

Un ou deux bâtons de berger

Aux accents graves et ensoleillés

Du Lassalle pétri hier

 

Une pincée d'art tôt

Pour les besoins vitaux

Lutte finale

 

Un grain d'indépendance

A la louche

Genre « As linot»

 

Ne pas abreuver le fillon

Gonflé et impasse cible

Au fond trop culotté

 

Interdire la marinade

Acide et caustique

Trumpeuse et nauséabonde

 

Arroser d'un Dupont Aignan

Bouche pugnace

A laisser décanter

 

Et comme dirait Philippe

NPA !

Ne Pas Abuser !

 

Y en a poutou l'monde !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 17:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mars 2017

CŒUR DE CIBLE

 

P1050988

 

NOUS SOMMES TOUS DES VOTEURS A GAGES

 

Affaires

Fers au feu

De tout bois

Sans soif

 

Casseroles en batteries

Qui ne rient plus

 

Trahisons

Au balcon

Fleurs amères

Au printemps

 

Confusions

Sans fusion

Mélanges

Détonants

Indécisions

Fatales

 

Amalgames

Jeux interdits

Corruptions

Scions scions du bois

 

Cabinet noir

Noir pas désir

Abus

Sans abri

 

Querelles intestines

Sans grêle

Mots assassins

Ceints d'egos

Sans égaux

 

Assez !!!

Arrêtons de nous quereller

 

Mais où va t'on ?

 

Moi

Quand Z'abu

Z'ai pu soif !

Quant à l'auto-flagellation...

 

Mascarades

Indignes

Dignes de quoi ?

 

Quoi ?

 

« Quoi qu'a dit ? 

A dit rin

Quoi qu'a pense ?

A pense à rin

Quoiqu'a fait ?

A fait rin

 

Pourquoi

Qu'a dit rin ?

Qu'a pense à rin ?

Qu'a fait rin ?

A 'xiste pas...

[Jean Tardieu : la môme néant]

 

Revenir à nos moutons

Sans se laisser tondre

Hara-kiri

Sans clown

 

Il est urgent d'urger

Dans le bon sens

Pas encore interdit

Ne pas se tromper de cible !!!

 

 

Il est grand temps

Ressaisissons nous !

L'essentiel

Ciel !

On l'oublierait presque !

 

A chacun(e)

D'entre nous

D'y voir clair

Entre le langage vrai

Et l'enrobage au parfum

Goût de fiel

 

Ne pas se laisser

Embobiner

Par l'habillage

Enveloppe soyeuse

Démagogie galopante

D'un contenant

Au fond indélébile

 

Faire le choix 

Le bon

En son âme et conscience

Pour ne pas se faire entuber

 

Pour que

La Jean- Marie(ne)

Celle du pire que pire

Ne fasse son nid

Fleurs ni couronnes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 23:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 mars 2017

DES MOTS pour S'AMUSER

 

P1060819

DIS TONTON POURQUOI TU TONDS ?

 

Plus tonton tond tôt

Moins il tond tard

Mais mieux vaut tard

Que trop tôt

Si c'est trop tôt

Il n'est pas trop tard

Mais tonton tond plus

Toujours plus

 

Pas plus tard

Mais plus tôt

Et après il est trop tard

Pour tondre moins tôt

Plus il tond tard

Moins il tond tôt

Tôt ou tard

Un ton en dessous

Tonton tond court

Trop court nuit

 

Moins ça repousse tôt

Plus ça repousse tard

Il n'est pas trop tard

De tondre moins tôt

Plus c'est tard

Plus c'est haut

Moins c'est ras

Ras la lame

Ras la primevère

 

Quand tonton tond

Tonton tond plutôt tôt

Tonton tond pas trop tôt

Ni trop tard

Tonton est bon

De bon ton

 

Place au robot tondeur

 

Si le robot tond

Inutile de hausser le ton

Tonton ne tond plus

Car le robot tond sûr

Sûr de lui

Sur tous les tons

L'air de rien

Le robot broie

Tout ce qu'il voit

Herbivore à roues

Se joue des obstacles

A cours d'énergie

Le robot tique

Or si le robot tique

Le robot taxe

Tique et taxe

Le tique pique 

Et tonton retond !

 

P1060816

 Bon !

Il est grand temps que j'm'y mette !

Encore que...

Il est sûrement trop tôt !

Demain peut-être...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 20:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mars 2017

ET ALORS ?

 

IMG_0175

PARDESSUS LES LOIS...

 

Bon, d'accord !

Mon père

J'ai fauté...

 

Et alors ?

 

Blue jean usé

D'être tant délavé

Pattes d'éléphant sans défense

Coupe moulante 

Irrespirable 

Chemise sans cul

Tricot stérile

Slip modulable

Elastique boomerang

Veste sans retournement

Manteau blindé anti -mythe

Chaussettes anti-odeur à toute épreuve

Chaussures vernies d'être heureuses

Qui font bien

A l'extérieur

S'enferrent mal

De l'intérieur

 

Et alors ?

 

Cadeaux d'un ami

Que je connais trop bien

Qui me veut du bien

 

Et alors ?

 

90 km/h en ville

En zone 30

Ivresse du pouvoir

 

 

Boire et conduire

Sens interdit

Sans interdit

 

Au dessus des lois

Avec toit

Sans toi

Sans lois

Pour moi

Pas pour les autres

 

Et alors ?

 

Financements au culte

Emplois fantômes

En ploie

Mais ne rompt pas

Mariages à vos frais

Argent de poche

Le vôtre

Sans intérêts

Si

Le mien

 

Complot de caniveau

Acharnement allo ?

Sans rire

 

Je vous salue Marie

Pleine et grasse

Je le confesse

 

Tissons ensemble

 

Votre argent m'intéresse

Pardessus tout...

 

Et alors ?

 

Et après ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par docatelin2 à 14:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]