L'ARME AUX PIEDS

 

259

 

 

 C’est l’été

Un dimanche matin paisible

Chemin de halage parsemé d’ombres

Et lumières qui réchauffent le cœur

Et l’esprit

En ces temps bousculés

 

Nous marchons

Nous aussi

Rasant les bas côtés

A gauche

A droite

Bâtons nordiques et disciplinés

Soucieux 

De laisser un entre-deux

Libre de circulation

A double sens

Pour l’usager

Qui comme nous

Vient ici

Se ressourcer

Parenthèse de plénitude

Oublier un instant durable

Les affres de la vie quotidienne

 

Promeneurs s’oxygénant

Joggers tous genres confondus

Cyclistes en mode cool

Ou déguisés en coureurs

Couples sages

Familles en joie

Vététistes spécialistes du plat

 

Tous sans exceptions

Nous dépassent

Nous croisent

Le sourire complice

Le petit mot chaleureux

Fiers de cette haie d’honneur

Offertes par nos bâtons

Partageux de l’espace commun

Bien élevés et respectueux

 

 

IMG_0246

 

 

Survient le trouble fête

Ce grain de sable

Qui crisse

Et qui vocifère

IMG_0241

 

Un couple au câble usé

Nous dépasse

L’homme en tête

Qui nous remercie

Elle

Qui suit

Mais « n’est » pas

Celle que l’on croit

Mais qui « croa »

Et nous crache au passage

Sa bave de crapaude

« Vous pouvez pas vous ranger non ?

Bande de vieux cons ! »

Tout en accélérant son pédalage

Courage fuyons …

 

Ainsi tout n’est pas pour le mieux

Même dans le meilleur des mondes

 

Anecdotique

Falbalas et billevesée

 

Non !

Jamais la bêtise humaine

Ne sèmera le trouble

Chez les accros

Du chemin de halage

 

L'arme aux pieds

Larmes de paix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÉTÉ « divers » (1)

 

 

Espèce de « vieux cons »

 

C’est l’été

Un dimanche matin paisible

Chemin de halage parsemé d’ombres

Et lumières qui réchauffent le cœur

Et l’esprit

En ces temps bousculés

 

Nous marchons

Nous aussi

A droite

A gauche

Bâtons disciplinés

Soucieux 

De laisser un entre-deux

Libre de circulation

A double sens

Pour l’usager

Qui comme nous

Vient ici

Se ressourcer

Parenthèse de plénitude

Oublier un instant durable

Les affres de la vie quotidienne

 

Promeneurs s’oxygénant

Joggers tous genres confondus

Cyclistes en mode cool

Ou déguisés en coureurs

Couples sages

Familles en joie

Vététistes spécialistes du plat

 

Tous sans exceptions

Nous dépassent

Nous croisent

Le sourire complice

Le petit mot chaleureux

Fiers de cette haie d’honneur

Offertes par nos bâtons

Partageux de l’espace commun

Bien élevés et respectueux

 

Survient le trouble fête

Ce grain de sable

Qui crisse

Et qui vocifère

Un couple au câble usé

Nous dépasse

L’homme en tête

Qui nous remercie

Elle

Qui suit

Mais « n’est » pas

Celle que l’on croit

Mais qui « croa »

Et nous crache au passage

Sa bave de crapaude

« Vous pouvez pas vous ranger non ?

Bande de vieux cons ! »

Tout en accélérant son pédalage

Courage fuyons …

 

Ainsi tout n’est pas pour le mieux

Même dans le meilleur des mondes

 

 

Anecdotique

Falbalas et billevesée

La bêtise humaine

Ne troublera jamais

Le chemin de halage

Halage de paix !