ACCORDEON EN LIBERTE

 

 

IMG_20190126_182400 (2)

Sept heures du matin

Un vide -grenier dans un foirail

Le dimanche

Pas l’ombre d’une bouse

Effluves volatiles

Bestiaux en week-end

 

Sous la halle

Des « videurs » de greniers

En lieu et place du bétail

Courant d’air froid en prime

D’autres ont choisi l’air libre

Tributaires des caprices du ciel

Libres de profiter des rayons

Bienvenus ce jour là

 

Bon débarras

Rangement par le vide

Des « videurs » frénétiques

Impatients, excités

Aux « videurs » flegmatiques

Paisibles, patients

Incrédules

Habitués

 

Foire à tout

Prix à débattre

A cinquante centimes près

Marchandages de bas étage

Jeu du qui perd gagne

Ou l’inverse

Quand la bonne affaire

Est encore bonne à faire

Pourquoi se priver

Tant qu’à faire

 

Las de sa nuit

Ne sachant se tenir

Dans cette ambiance particulière

Mon accordéon s’étire

Notes qui s’égrennent

Au gré des vents dominants

Sous un soleil dardant

Des sons qui tranchent

Mélodies en plein air

Chatouillant jusqu'au profond des ouïes

Corps vibrants à corps défendant

 

Du flâneur au fouineur

Gens d’ici et d’ailleurs

Arpentant nonchalamment

Des allées jonchées d’objets

Voués à une nouvelle vie

Pour le meilleur et pour le pire

Passants attentifs et séduits

Gestes à l’appui

Bien être partagé

Regards complices

Communication non verbale

Magie de la musique !

 

Échanges spontanés

Partage de coups de cœur

Curieux qui cherchent le contact

Des musiciens d’hier et d’aujourd’hui

Aux passionnés de musique

Tout à la fois

Pour tous

Ce même langage

Qui rapproche

 

Une dame

L’âme sensible à fleur de peau

Qui tient absolument à écouter

Un seul morceau

Pour le plaisir

Chose faite

Communion implicite

Émotion partagée

Simplement

 

Une pause « dialogue »…

Bavardages musicaux

Souffler n’est pas jouer

Un monsieur impatient

Puisque vous avez un accordéon

Vous m’en jouez un air !

Une valse à 3 temps

Qui l’emporte au paradis du rêve

Sa nostalgie à lui...

Remerciements confondus

Sans condoléances

 

Quatre jeunes grands adolescents

Au féminin et au masculin

L’âge de raison

Enfin, presque !

Waouh ! De la musique !

On veut danser

OK vous êtes prêts ?

Que la polka soit

Chacun pour soi

Pudeur mêlée de gêne

Rires étonnés

Étouffés

Plaisir non déguisé

On en redemande

Un air de jouvence

L’accordéon se lâche

Les doigts se régalent

Pouces levés

Merci à vous

 

Tout arrive

Dans un vide -grenier

La mine pas tibulaire

La truffe au goût d’écrasé

Museau plat comme un plat plat

Il se présente devant moi

Entravé par une laisse

Qui ne laisse rien filtrer

 

Et pourtant…

L’une après l’autre

Chaque oreille se dresse

Sensible au mode majeur

Comme au mode mineur

Puis la tête suit le mouvement

Il a le rythme dans la gueule

La musique dans le croc

Les pupilles qui étincellent

Le vague à l’âme canin

Son corps musculeux se meut

Dans une expression sans retenue

La musique à portée de cabot

En clé de sol

Le point d’orgue de sa vie de chien

 

Amusé et admiratif

Autant qu’étonné

Peut-être jaloux

Pouvoir en jeu

Son maître met un bémol

En invitant fortissimo

Sa progéniture qui s'égare

A retrouver la laisse de la raison...

Encore un animal frustré

Tout juste bon

A ronger son frein

Jusqu'à la moëlle

 

Changement de tableau

Une vocation artistique

Celle d’une très jeune enfant

Guitare en plastique aux couleurs flamboyantes

Brandie avec toute la fierté de son âge

Trois ans ?

Elle qui découvre le monde

En famille

Semblant le croquer avec gourmandise

S’approche de l’accordéon

Qui l’invite à jouer de concert…

Impressionnée

La guitare esquisse quelques pas de retrait

Valse hésitation…

Un petit sourire en coin

Une oeillade déjà complice

Ce sera pour plus tard…

 

Guitare le retour

Quelques pas dans la foule

La voici revenue !

Timidité presque vaincue

Le doigts s’agitent sur les fausses cordes

Sourire radieux naturel

Selfies d’usage

Le bonheur est dans la musique

 

Désolé Monsieur

Je n’ai pas mis de soucoupe

Merci à vous

Je joue pour le plaisir

Le vôtre et le mien

C’est tant mieux si ça vous plaît

 

Non madame !

L’accordéon n’est pas à vendre

Ou alors

Il faut prendre le bonhomme avec…

Elle n’insiste pas

Son compagnon non plus…

Je l’ai échappé belle !

Quant à ma femme...

 

Peu importe le lieu

Peu importe le contexte

L’essentiel est ailleurs

Quand l’accordéon exulte

La plénitude est au rendez-vous...